Comment se déroule une séance de Gestalt-thérapie

François Marland a collaboré avec son père, Serge, pour l’écriture d’un livre sur les troubles de l’enfance. Le thérapeute en Gestalt thérapie soutient ses patients et intervient en toute intelligence durant la séance. Il propose différents exercices qui vont permettre aux patients de pouvoir se libérer.

L’exercice de l’amplification

Cet exercice permet au patient de prendre conscience de la manière il réagit. Il extériorise ainsi les émotions qu’il vit et ressent dans sa tête et son corps.

Le thérapeute se focalise sur l’inconscient, les gestes et réactions automatiques. En les exagérant, le patient se rend plus facilement compte de son mode de fonctionnement.

Le monodrame

Cet exercice permet au patient d’exprimer les différents personnages qui sont à l’intérieur de lui.

Ce jeu de rôles permet de mettre en exergue les facettes contradictoires de notre personnalité, les choses dont on a même pas conscience et que l’on se cache volontairement ou involontairement ou  que l’on projette sur les autres.

La technique du hot seat que l’on peut traduire par la « chaise vide » permet au patient d’interpréter le rôle des personnes qui nous entourent dans notre vie quotidienne. Notre père, notre sœur, nos enfants, notre conjoint et même notre patron quand le travail devient source de mal être.

La mise en action

François Marland précise que l’ exercice consiste à jouer un épisode de la vie, réel ou imaginaire, passé, présent ou futur. Les « Gestalt inachevées » peuvent être ainsi repérées et libérer le patient. Les événements traumatiques passés comme les punitions très mal vécues, un décès, une agression sexuelle dans l’enfance peuvent être identifiés et éviter qu’ils ne polluent la vie quotidienne des patients.

En rejouant ses scènes, le patient intègre ses évènements dans sa structure psychique, leur donne un sens, à les surmonter, et à se préparer lorsqu’il rencontrera une nouvelle situation anxiogène.

L’awareness

Cet exercice permet de prendre conscience de notre être dans sa globalité, du flux permanent de nos sensations physiques,  nos idées, nos préoccupations, nos désirs et nos émotions. Cet exercice de pleine conscience permet de connecter les différents éléments entre eux et de ne plus dissocier le corps et l’esprit.

 

L’interpellation directe

Cette méthode respecte le principe de base de la Gestalt qui consiste à ne jamais parler de ou sur quelqu’un mais à lui adresser la parole directement même s’il n’est pas présent.  Le thérapeute peut alors demander au patient de s’adresser à la personne souhaitée en choisissant la chaise vide, une autre personne du groupe ou un objet de son choix.

Cela permet de faire surgir plus rapidement une émotion, une difficulté sur laquelle on peut travailler.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s